September 26, 2019

Villa Cavrois

Un samedi gris automnale comme le Nord capricieux en offre parfois. Alors on prend la voiture, on quitte les ruelles animées de Lille pour s’évader dans sa bourgeoise banlieue et s’offrir un aller direct dans les années 30. Le voyage est garanti dès lors que l’on passe l’imposant portail de la Villa Cavrois et que l’on découvre le chef d’oeuvre architectural de Robert Mallet-Stevens. 

 

La visite commence et les salons, chambres d’enfants, fumoirs et autres boudoirs s’enchaînent. Le marbre délicat laisse place au chêne chaud, puis au velour opulent. Des jeux de miroirs amplifient la lumière timide de cette fin d’après-midi. 

 

Dans ce décor épuré et graphique on s’imagine la vie de famille du riche industriel propriétaire, on s’émeut en pensant à son occupation par l’armée allemande pendant la seconde Guerre Mondiale, on s’attriste en constatant les vestiges des vandalismes et pillages durant les 90’s. 

 

Le voyage dans le temps se finit, juste le temps d’un crochet par la boutique avant que la Villa ferme ses portes, on y achètera un joli carnet ou cartes postales comme souvenir de cette micro évasion.