April 18, 2019

FAMONTY

Musique

Nous avions rencontré Gillian il y a quelques années pour découvrir le trio pop folk «Teach kids manners » dont il faisait partie. Il y a des artistes qu’on aime suivre pour découvrir et comprendre, à chaque nouvelle œuvre, l’évolution de son travail, de son univers, et en quelque sorte de la culture qu’il représente.

 

Gillian revendique une diversité décomplexée et urbaine.

Passionné depuis toujours, ses premiers souvenir musicaux remontent à sa petite enfance et à la chorale Gospel qu’il entend les dimanches matins. Aujourd’hui Gillian revendique des influences pop, hip hop, rap, jazz, blues ou trap, sans jamais se cantonner à un style, mais toujours avec exigence ; et compose désormais seul sous le nom de scène Famonty .

 

C’est avec la même simplicité et sympathie qu’il nous a accueilli chez lui. Le temps était printannier, la conversation spontanée et drôle, l’instant inspirant et mélodieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une couleur qui vous fascine.

Le violet : il a le côté mélancolique & blues du bleu mais davantage vibrant, fascinant. C’est une couleur un peu old school aussi, très 90s.

 

Une matière.

Le bois.

 

Un plat anti-cafard.

J’aime bien cuisiner : j’invite des amis et je prépare des grands woks des nouilles sautées coréennes ou des bobuns.

 

Votre premier geste le matin.

Je commence à travailler dès mon réveil, mes premiers gestes sont d’allumer mon ordinateur, de me préparer un café et de me mettre au travail.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un son qui vous hante.

Les rythmes, quels qu’ils soient. Je crée toujours la rythmique en premier dans une composition.

 

Un livre lu et relu.

La voix du sabre, un livre japonais qui raconte la légende d’un samouraï. C’est plus qu’un livre épique : c’est une histoire de persévérance, de conviction.

 

Une adresse où vous croiser.

Le Chiquito, un bistro de quartier à Menilmontant où on se retrouve avec mes amis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une époque.  
Celle-ci. Je trouve qu’on arrive bien à valoriser notre héritage musical et en même temps on a des technologies et outils hyper développés. On revient à l’essentiel aussi en utilisant des sonorités old school, plus organiques. La musique électro est décomplexée et on retrouve des groupes, comme Jungle, où les mecs s’amusent, ils « jouent » vraiment. La musique peut venir de partout, il y a d’ailleurs pas mal d’artistes qui émergent en sortant des tracks home made, produits dans leur chambre.

 

Un instrument

Un clavier

 

Un artiste admiré.

Childish Gambino ! Il arrive à faire de la musique exigeante et populaire à la fois. C’est un vrai artiste, il profite de sa portée pour passer des messages engagés et puissants. Il touche à tout et compose aussi bien de la trap que de la pop, du hip hop ou du funk et toujours avec brio et précision. Ça m’a vraiment décomplexé de comprendre grâce à ce genre d’artiste que l’on peut passer d’un style à un autre.

 

Qu’auriez-vous fait si vous n’étiez pas devenu musicien ?

Bdiste

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un objet dont vous ne vous séparez pas.

Je ne suis pas vraiment matérialiste ou superstitieux. Je dirais des objets utiles : téléphone, clefs…

 

Un lieu pour composer

Chez moi

 

Un rituel, une manie de live

Je parle beaucoup au public, je leur raconte ma vie.

 

Un truc contre le stress ?

Fumer

 

 

 

 

 

 

 

 

Un moment de la journée.

Le matin au réveil

 

La question qu’il ne faut pas vous poser.

« Est-ce que tu vies de la musique ? » 

 

Une image, un souvenir.

Je suis parti l’été dernier à Los Angeles. Ça a été un voyage très important artistiquement, j’ai rencontré beaucoup d’artistes compositeurs et musiciens avec des aspirations et univers similaires au miennes ce qui m’a conforté dans mon projet et mes choix artistiques.

 

Une rencontre.

Mon ami Agyei Osei, chanteur de soul, un vrai coup de foudre musical. On collabore ensemble avec plaisir et on sort d’ailleurs un EP ensemble très prochainement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un regret.

Je regrette de ne pas m’être lancé en solo plus tôt, j’étais peut-être un peu jeune et pas assez sûr de moi.

 

Un voyage.

Je voudrais découvrir le Japon et la Corée du sud.

 

Une information inutile sur vous

Je suis le cinquième d’une fratrie de six frères.

 

La musique que vous auriez aimé composer / L’œuvre que vous auriez aimé creer
Le film Suspira deLuca Guadagnino. C’est le remake d’un film des années 70. J’aime beaucoup les films d’horreur et celui-ci m’a vraiment marqué. La musique et les images sont étroitement liées : l’intrigue se passe dans une école de ballet donc la bande sonore est essentielle. C’est Thom Yorke qui l’a composé, ça ne pouvait être que réussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous ne deviez garder qu’un seul de vos track

«Holla from the past » que je viens de sortir. C’est un morceau très soul et R&B avec en même temps un groove très urbain et Hip Hop. Il est hyper rythmé, ce qui est très important pour moi

 

 

Un projet secret.

Cinq titres que j’ai composés il y a quelques années et que je n’ai jamais sortis, je le ferais un jour peut-être.

 

Une personne a nous recommander pour subir la même interview ?

Ambre Dessart une chanteuse avec laquelle je compose, elle a un univers très personnel et hyper intéressant !

 

Ta playlist idéale :

 

  • Herbie Handcock  –  “I thought it was you”
  • Bad Bad Not Good  –  “Sour soul”
  • Childish Gambino  –  l’album :  “Awaken, My Love!”
  • The colors that rise  –  l’album : “Twenty Twenty” 

 

 

 

 

Où t’écouter ?

Au Disquaire, le 2 mai 

Bus Palladium, le 15 juin !