GRODUK & BOUCAR

groduk & boucar

Illustration & Sérigraphie

Groduk et Boucar c’est à la fois un talentueux duo créatif mais aussi une jolie bande de potes de 2 personnes : Océane Carbou et Margaux Hauduc. Les rencontrer dans leur atelier-grotte-chambre d’ado, c’est surtout passer 2 heures à rire ou à avoir des discussions de la 4ème dimension mais aussi en prendre plein les yeux. Définitivement, Manifestes aime les couleurs fluo et les dinosaures en plastique.

Carte postale de rencontre

Météo du jour ? Il a l’air de faire beau même si on voit pas tout à fait le ciel depuis l’atelier d’Océane et Margaux.

Humeur du jour ? Bonne tout simplement !

Que boit-on ? Du café et du thé.

Où sommes-nous ? Dans l’atelier d’Océane et Margaux dans le 10ème à Paris.


UNE HISTOIRE D’ENCRE ET D’AMITIé

Océane et Margaux se sont rencontrées lors de leur DMA gravure à Estienne. Leur parcours sera commun: elles partiront ensemble à Berlin pour un stage dans une association de sérigraphie et effectueront aussi un passage dans un atelier de sérigraphie parisien.  Autant de révélations créatives et amicales. Dès lors, elles ne se quitteront plus et Groduk & Boucar verra le jour.

Aujourd’hui, leur travail autour de l'image imprimée se divise en 2 grandes familles: les travaux artistiques thématiques d’une part,  pour lesquels elles se mettent le moins de contraintes possibles et d’autre part ce qui est de l'ordre de la commande pour des clients (impression d'estampes, de textiles, ou même illustrations). 

Les filles aiment la polyvalence de leur duo qui leur permet de faire la conception graphique de leurs images mais aussi de donner vie à cette iconographie en l’imprimant elles-mêmes. Elles suivent leurs pièces jusqu’au bout.

Même si le duo est très prolifique, Océane et Margaux aiment aussi les collaborations extérieures qui enrichissent à chaque fois leurs univers : des illustrateurs dont les filles impriment les créations, un ami dans la musique, Motherlode, qui a imaginé une BO (enregistrée sur une véritable cassette) pour leur série Murder in the Pool… C’est varié.

Murder in the Pool, c’est un projet qu’elles ont commencé il y a plus d’un an.

Groduk et Boucar on imaginé une collection de villas néo-californiennes ayant été le théâtre de meurtres tout aussi sordides qu’imaginaires : Cosmic Mansion, Coconut 3000…

Avant que chacune soit saisie de jour et de nuit, toutes les perspectives de ces maisons ont été créées via le jeu vidéo The Sims (un détail amusant et emblématique de leurs univers). Une série singulière, actuelle et très inspirante qui méritait bien une expo. Et ce sera chose faite du 4 au 14 Novembre à la Slow Galerie dans le 11ème arrondissement à Paris.

Murder in the Pool a donné des idées aux filles et pour leur projets à venir, Océane et Margaux ont envie de pousser toujours plus loin leur concepts créatifs et d’exploiter leur idées jusqu’à l’épuisement (tant en terme d’histoire, que de formats ou de déclinaisons.)… En opposition peut-être à de l’illustration plus immédiate, plus gratuite…


LE CRéATEUR ET SON TERRITOIRE

Un Quartier à découvrir.

Le territoire d’Océane et Margaux va de la Gare de l’Est au Canal St Martin. C’est un quartier qu’elles découvrent encore puisque cela ne fait qu’un an qu’elles ont emménagé. dans leur atelier. Elle s’y sentent bien, on y trouve tout ce qu’il faut en terme de matériel pour travailler aussi bien qu’en terme d’endroits pour manger (et ça c’est très important!). 

Voici quelques adresses où l’on peut croiser les filles : 

Le Mal-barré (47 Rue Lucien Sampaix, 75010 Paris), un resto à burgers où les filles ont un petit faible pour la version basque et la version sud-ouest. 

Le Petit Garage ( 61 Rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris), où elles rejoignent parfois leur pote Héléna Frere pour quelques pintes!

Guerissol (96 Boulevard Barbès, 75018 Paris), LE repère style.

Un Atelier comme une grotte fantasmagorique.

Groduk & Boucar ont construit leur grotte fantasmagorique dans un ancien atelier d'impression encombré. C’est aujourd’hui une chambre d’ado improbable qui rassemble à la fois tous les outils et les machines dont elles ont besoin dans leur travail mais aussi les chimères qui alimentent leur univers créatif: des aliens, des dinosaures en plastique, une lavalamp, un autel avec des paillettes en hommage à Frida Khalo, des palmiers (beaucoup de palmiers, c’est très inspirant pour Murder in the Pool)….


Des inspirations

Une citation ? "Je t'aime en arc-en-ciel, en nuage, en océan. Je t'aime à la baleine, au poisson de la rivière" PacificSound3003, dans Nuage au Chocolat, 2014

Une couleur ? Bleu outremer.

Une matière ? Le Marbre.

Une ville ? Paris.

Un pays ? Outerspace.

Un artiste ? David Hockney.

Une musique ? Palmbomen, un californien qui fait de l’électro ou Motherlode, qui a imaginé la BO de Murder in the Pool.

Un sentiment ? La légéreté et la dérision.

Une saison ? L’été indien de Joe Dassin.

Un moment de la journée ? L’happy hour.

Une époque ? Le futur.

Un objet ? Une lavalamp.

Un plat ? Des burgers et des pizzas, les ingrédients d’une vie saine ! 

Une personne à nous recommander pour « subir » la même interview ? Une amie, Alix Loca qui fait des bijoux et des illustrations.


Interview : Julie Delle Vedove

Photos : Laure Boudias