September 14, 2016

LESLIE DAVID

GRAPHISME

Rencontrer Leslie David un lundi matin de septembre, c’est un peu comme se persuader que non, ce n’est pas lundi matin et que non ce n’est pas vraiment la rentrée. Une rencontre anti-morosité et colorée où l’on a pu en découvrir un peu plus sur l’univers et le travail de l’une des graphistes françaises les plus inspirantes. Ce fut aussi l’occasion de partager avec Leslie l’un de nous sujets préférés : les vide-greniers de notre quartier, Montmartre.

 

 

 

 

Une matière : Un truc visqueux et brillant.

 

Une odeur : La transpiration.

 

Un plat anti-cafard : Un truc gras et salé, voir gras et sucré. Avec la culpabilité qui va avec après.

 

Ton premier geste le matin : Faire un biberon au chocolat, pas pour moi je vous rassure.

 

Un son qui te hante : Tout ce que fait Chassol, il est vraiment très fort, sa musique est mélodique, entêtante et cérébrale.

 

Un livre lu et relu : J’ai très mauvaise mémoire, c’est le drame de ma vie… Du coup c’est super je peux relire un livre ou voir un film 3 fois, au bout d’un moment je me dis que je connais la fin, ça veut dire que je l’ai déjà lu/vu… haha Donc il y en a plein mais je m’en rappelle pas.

 

Une adresse où te croiser : Certainement la Brasserie Barbès, ou encore plus certainement Monoprix.

 

Une époque : Les années 70s, je rêve d’aller faire un tour dans un Monoprix des années 70s.

 

Qu’aurais-tu fait si tu n’étais pas devenue graphiste ? Peut-être maîtresse, j’aime bien donner des ordres. Et j’aime bien les enfants aussi quand même.

 

Un objet dont tu ne te sépare pas : Mon téléphone, trop souvent dans ma poche arrière.

 

Un rituel, une manie de travail : Une théière pleine de thé vert et mille fenêtres ouvertes sur mon ordi qui fait du bruit et qui a chaud parce que je le fatigue.

 

Que trouve t’on sur ton bureau ? Beaucoup trop de choses à base de papier.

 

Un truc contre le stress ? J’essais de méditer mais je crois que je ne suis pas très douée.

 

Un moment de la journée : Le petit matin. Debout d’avoir trop fait la fête ou debout pour travailler tôt, les deux me vont.

 

La question qu’il ne faut pas te poser : “Quelles sont vos inspirations ? ” Je peux avoir des envies de meurtres..

 

Une information inutile sur toi : J’aime pas les betteraves…

 

Un projet secret : J’ai pas le droit d’en parler !

 

Une personne à nous recommander pour subir la même interview : Charlotte Delarue (http://www.charlottedelarue.com/).

 

 

EnregistrerEnregistrer