October 17, 2016

MELISSA COAT

DESIGN

C’est au cœur d’un 10ème arrondissement en pleine mue que nous avons rencontré Melissa dans le tout nouveau showroom de sa marque de papiers-peints, Mues. Justement.
Après avoir grandi dans les échantillons colorés d’une mère décoratrice, passé quelques années dans des Écoles d’Art et des agences de création qui ne lui ressemblaient pas trop, Melissa a choisi le motif comme matière première.

Et c’est lors d’un voyage à Hoi-An au Vietnam, petite ville connue pour ses nombreuses échoppes de tailleurs, que Melissa Coat a eu la révélation du sur-mesure.
Polymorphe, Mues est né de tout cela, comme le signe d’un renouveau incessant et d’une évidence pour les intérieurs lunatiques.

Rencontre.

 

 

 

 

Une couleur qui te fascine : Le bleu Klein.

 

Une matière : Le bois.

 

Une odeur : Le jasmin.

 

Un plat anti-cafard : Des tartines beurre miel

 

Ton premier geste le matin : Aller chercher ma fille dans son lit.

 

Un son qui te hante : « Should I leave » de David Charvet. Je chante ça à ma fille pour l’endormir (je sais c’est moche).

 

Un livre lu et relu : Inconnu à cette adresse de Kreesman Taylor et Charlie et la chocolaterie (que je dois avoir lu au moins 10 fois).

 

Une adresse où te croiser : A mon showroom, rue Lucien Sampaix dans le 10ème à Paris.

 

Une époque : Les années 50 pour l’esthétisme, l’allure et le design.

 

Un instrument : Ma palette graphique.

 

Un artiste admiré : Philippe Baudelocque.

 

Qu’aurais tu fait si tu n’étais pas devenue graphiste ? J’aurais adoré être danseuse sur les plateaux télé. Tu sais la nana qui se trémousse derrière et qui change de tenue tout le temps. Mais je dois avouer que j’ai toujours été très mauvaise danseuse donc ça ne l’aurait pas fait. Sinon j’aurais adoré être batteuse dans un groupe de mecs.

 

Un objet dont tu ne te sépares pas : Mon ordi et mes porte-clefs, je crois que j’en ai 20 pour 3 clefs. Mais globalement je ne suis pas très fétichiste de l’objet, j’oublie toujours tout partout.

 

Un lieu pour travailler : Chez moi sous ma couette.

 

Un rituel de travail : Je n’en ai aucun, c’est d’ailleurs presque un problème. Je n’ai aucune habitude. Par exemple chaque matin je ne fais jamais les choses dans le même ordre.

 

Que trouve t’on sur ton bureau ? Beaucoup de merdes, des scotchs qui servent à rien ou des carnets que je commence et que je ne finis jamais.

 

Un truc contre le stress : Je ne suis pas sujette au stress. Merci (rires).

 

Un moment de la journée : Le verre de fin de journée avec les copains.

 

La question qu’il ne faut pas te poser ? « Pourquoi tu es énervée ? » alors que je ne le suis pas du tout…

 

Un souvenir : Des vacances en corses entre copines.

 

Une citation : « Sois toi même, les autres sont déjà pris. » Oscar Wilde.

 

Une rencontre : Mon amoureux (en after sur les quais à midi).

 

Un regret : De pas avoir plus voyagé avant d’avoir ma fille.

 

Un voyage : Mon trip de 6 mois en Asie il y a 4 ans.

 

Une information inutile sur toi : Je vérifie 150 fois que mon babyliss est éteint avant de partir de chez moi, j’ai toujours la trouille que mon appart prenne feu.

 

Si tu ne devais garder qu’un seul de tes motifs : Toujours le dernier que je crée.

 

Un projet secret : Ils sont tous secrets. Par exemple, j’ai un projet secret avec Philippe Starck mais c’est tellement secret que même lui n’est pas au courant.

 

Une personne à nous recommander pour subir la même interview : Les nanas de paname.